Contact | Plan du site | Publications | Dernière mise à jour : lundi 15 janvier 2018

Home > Découvrir > Historique > D'une guerre à l'autre > 2e guerre mondiale

Envoyer | Imprimer

2e guerre mondiale


La salle communale inaugurée en 1930

Le 2 novembre 1939, au lendemain de l'agression de la Pologne par les troupes allemandes, la mobilisation générale est déclarée en Suisse. Dès le 29 août, des troupes sont cantonnées sur le territoire communal, dans les écoles, à l'orphelinat des Bougeries, à la ferme Lombard à Villette, au rez-de-chaussée de la Mairie et chez des privés. La solidarité et la défense sont organisées avec efficacité par les autorités fédérales. Il faut être prêt, pour ne pas être surpris comme la Pologne. Chaque commune doit faire sa part, notamment pour accueillir les évacués civils, qui fuient les pays belligérants. Chêne-Bougeries dispose de 1965 chambres et peut accueillir 2753 réfugiés. Les privés sont tenus de fournir du matériel de couchage. La nuit du 11 au 12 juin 1940, des avions anglais lâchent par erreur huit bombes sur Champel, Plainpalais et Carouge, causant 3 morts. Cet événement marquant accélérera la mise en place de nouveaux abris dans la commune. Les dépenses sont lourdes mais sont "une prime d'assurance minime contre les risques". Dès 1940, la vie à la commune devient plus austère: les fêtes des promotions des écoles sont supprimées, l'éclairage public est réduit de 50%. Les cartes de rationnement sont introduites le 1er janvier 1940. Pour permettre l'extension des cultures dans le cadre du plan Wahlen (objectif: autosuffisance alimentaire), la commune doit aménager 2 hectares supplémentaires. Des petits jardins sont créés derrière la salle communale. Le terrain de jeux de la Gradelle, où s'entraîne le Club sportif chênois, est mis en culture.