Contact | Plan du site | Publications | Dernière mise à jour : lundi 14 août 2017

L'essentiel

Envoyer | Imprimer

Parc Stagni | Ruches urbaines

Des abeilles pour nouvelles voisines

M. Thierry Anchise, collaborateur du service Parcs et Promenades, et M. Jean Locher, conseiller administratif

Ce sont deux drôles de « tours » qui ont pris place dans le Parc Stagni. Surplombant des maisonnettes en bois, ces installations sont occupées par des locataires pas tout à fait comme les autres : des abeilles.

Depuis le mois de janvier, la ville de Chêne-Bougeries a lancé un projet ambitieux en installant des ruches urbaines. Le but de l’opération : faire cohabiter deux types de populations souvent considérées comme incompatibles, ceci dans une démarche de préservation de la biodiversité, tout en proposant une approche pédagogique visant à montrer que les hommes et les abeilles peuvent parfaitement vivre ensemble en milieu urbain.

A la différence des ruches traditionnelles, ces installations appelées Bee-Pass possèdent une architecture différente, permettant de s’intégrer facilement dans des espaces publics. Grâce à une « cheminée » de près de trois mètres, les abeilles entrent, mais surtout sortent de leur habitation sans jamais déranger les passants autour.

Encore plus proches

Depuis quelques années, la notion de ruches urbaines n’a cessé de gagner en popularité et nombreuses sont les ruches à avoir été installées sur les toits de certains bâtiments en ville. "Mais sur les toits, les gens ne les voient pas, glisse Pascal Crétard. Grâce aux Bee-Pass on rend visible les abeilles, on les vulgarise aux yeux du public. Celles-ci sont ainsi démystifiées et on revalorise leur rôle dans notre société en changeant les comportements. Car n’oublions pas que ces insectes pollinisent 60% à 70% des aliments que nous consommons…".

Afin d’augmenter encore cette visibilité, les ruches sont équipées de quatre fenêtres d’observation, permettant aux passants de s’approcher de la structure pour observer l’intérieur. Il faudra toutefois attendre la présence de l’apiculteur pour découvrir l’intérieur de la ruche puisque, en son absence, les fenêtres sont protégées par des volets cadenassés.
A terme, la commune souhaite organiser des visites en compagnie de l’apiculteur, notamment pour les écoles.

Procédé innovant

Outre l’aspect pédagogique, Chêne-Bougeries a décidé de miser sur un système nouveau. En effet, la Suisse ne compte pour l’heure qu’une seule autre de ces ruches pédagogiques en dehors de celles du Parc Stagni. Il s’agit d’une infrastructure innovante et prometteuse qui émane d’une personne responsable et compétente, Pascal Crétard. Celui-ci connaît parfaitement bien les enjeux et le fonctionnement des abeilles, en tant que président et moniteur responsable de la Société genevoise d’apiculture.

Si les conseils et l’expérience de l’apiculteur se sont avérés précieux pour la commune durant la phase d’initiation du projet, la collaboration de ce dernier ne s’arrêtera pas là pour autant. Il sera en effet en charge de l’entretien des ruches tout au long de l’année tout en pouvant compter sur l’aide de Thierry Anchise, collaborateur du service communal des Parcs et Promenades, passionné par le monde des abeilles. Un travail qui s’annonce conséquent : l’installation de ces dernières se fera à la fin du mois d’avril, puis débutera une période d’activité intense qui nécessitera la présence de l’apiculteur tous les sept jours environ, afin de contrôler les installations. En pleine saison (juin et juillet), ce seront quelque 50 000 à 70 000 abeilles qui se trouveront alors dans la ruche.

Une première récolte de miel sera possible à la fin du mois de juin, une seconde à la fin juillet. Pour un total de 15 kg de miel environ. Celui-ci pourrait ensuite être distribué dans la commune.

Quant à la suite du projet, elle dépendra de la manière dont les habitants de Chêne-Bougeries accueilleront la présence des ces nouveaux arrivants au Parc Stagni.

Liste des articles